Décembre 2022 : un Noël perturbé par les intempéries pour plusieurs, lors du troisième mois de décembre le plus chaud au Québec

2022 s’est conclue sur le troisième mois de décembre le plus chaud des 103 dernières années au Québec, sa température moyenne surpassant de 4,6 °C la normale de 1981-20101, et sur la journée la plus anormalement chaude en près de six ans au sud de la province, avec une anomalie moyenne de 15,0 °C à la veille du jour de l’An. Ce 31 décembre, 0,1 °C au-dessus du point de congélation au sud, a été le summum d’une séquence de près de trois semaines ininterrompues de chaleurs anormales, par 6,2 °C en moyenne au Québec du 12 au 31, toujours en cours à la fin du mois. Le maximum absolu de ce mois (13,0 °C le 30 à Saint-Anicet en Montérégie) est tout de même resté loin du record local (21,2 °C), atteint le 24 décembre 2015. Décembre 2015 reste d’ailleurs le plus chaud décembre observé au sud de la province, 2,9 °C devant décembre 2022. Décembre 2010 détient la palme à l’échelle du Québec, par la même marge. Les trois seuls jours de décembre sous la normale cette année (les 9, 10 et 11) ont offert les froids les plus mordants de ce mois en milieu habité (-29,5 °C le 10 à Berry en Abitibi-Témiscamingue) et au Québec (-36,0 °C le 11 au nord du réservoir Manicouagan sur la Côte-Nord). Ces températures sont très loin cependant des records respectivement enregistrés à chacune de ces échelles (-47,5 et -48,9 °C). L’anomalie a par ailleurs été 1,0 °C plus élevée de nuit que de jour au Québec. Ce dixième mois consécutif plus chaud que la normale a fait de 2022 la onzième année la plus chaude des 103 dernières années et la 25e année consécutive plus chaude que la normale du 20e siècle au Québec.

Décembre 2022 en chiffres 15,0 °C plus chaud que la normale le 31 décembre au sud – la plus forte anomalie depuis janvier 2017 4,6 °C plus chaud que la normale en décembre au Québec (+3,8 °C au sud) 3e décembre le plus chaud au Québec (4e au sud) 11e année la plus chaude au Québec (10e au sud) 25e année consécutive plus chaude que la normale du 20e siècle au Québec (idem au sud) 28 jours plus chauds que la normale en décembre au Québec (24 au sud) 1,1 °C plus chaud que la normale de janvier à décembre au Québec (+0,8 °C au sud) 19 mm de pluie de plus que la normale en décembre au sud, avec 31 mm (+12 mm au Québec, avec 18 mm) 1 cm de neige de plus que la normale en décembre au sud, avec 48 cm (-8 cm au Québec, avec 35 cm)

L’événement marquant de ce mois demeure cependant la tempête du 23, qui a privé d’électricité plus de 640 000 foyers, pendant une semaine par endroits, en pleine période des Fêtes, et arraché de multiples arbres et structures. La tempête a laissé plus d’un mètre de neige dans la réserve faunique des Laurentides (102 cm à La Galette) et de 20 à 67 cm (à Charette, en Mauricie) ailleurs au nord du fleuve Saint-Laurent, alors que les précipitations ont été principalement liquides au sud de celui-ci, créant une large zone de transition avec des précipitations mixtes sur sa rive nord. Les rafales ont par moments soufflé à plus de 60 km/h partout excepté en Abitibi-Témiscamingue et au nord de l’Outaouais, frôlant les 90 km/h à Montréal, dans la Capitale-Nationale, au Saguenay—Lac-Saint-Jean, au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie. À Québec, des éclairs ont été vus en plein hiver et le fleuve a débordé. Malgré ce contexte, la grande majorité des Québécois ont pu profiter d’un Noël blanc, mais avec un couvert sous les 5 cm par endroits en Montérégie et en Estrie. Cette tempête a apporté une large part (41 %) du total de neige mensuel, qui a ainsi atteint la normale au sud de la province (48 cm, +1 cm de la normale), mais pas à l’échelle du Québec (35 cm, -8 cm). De la même manière, un épisode de mauvais temps du 6 au 8, qui a notamment apporté 112 mm de pluie sur la Basse-Côte-Nord (Rivière-au-Tonnerre), a laissé plus du tiers (36 %) du total de pluie mensuel. Celui-ci a été le onzième plus élevé en décembre au sud de la province (31 mm, +19 mm) et le treizième au Québec (18 mm, +12 mm).

Un surplus similaire de pluie et de neige a mené au total de précipitations anormalement élevé reçu à Montréal (108 mm, +57 mm), à Laval (122 mm, +56 mm), dans les Laurentides (120 mm, +50 mm) et dans Lanaudière (124 mm, +59 mm). Dans la Capitale-Nationale (138 mm, +54 mm) et en Gaspésie (136 mm, +54 mm), ce fut particulièrement le quatrième mois de décembre le plus pluvieux des archives. Le total de neige a aussi été plus élevé que la normale dans la Capitale-Nationale (61 cm, +13 cm), mais bien plus faible que la normale et que le mois précédent en Gaspésie (23 cm, -29 cm), de même qu’au Bas-Saint-Laurent (36 cm, -18 cm) et sur la Côte-Nord (32 cm, -31 cm). Il a aussi été plus bas que la normale en Estrie (37 cm, -20 cm) et au Nord-du-Québec (25 cm, -14 cm).

De janvier à décembre 2022

L’année 2022 aura été la 11e plus chaude des 103 dernières années au sud de la province et la 10e plus chaude à l’échelle du Québec, avec des anomalies moyennes respectives de 0,8 et 1,1 °C par rapport à la normale de 1981-2010. La froideur du quatrième mois de janvier le plus froid des archives au sud de la province a largement été rattrapée par les dix derniers mois de l’année, tous plus chauds que la normale. Il s’agit ainsi d’une 25e année consécutive à présenter une température moyenne supérieure à la normale du 20e siècle. Les précipitations ont été plus abondantes que la normale, autant la pluie (778 mm, +77 mm) que la neige (263 cm, +50 cm), en moyenne, au sud de la province. À l’échelle du Québec, il est tombé plus de pluie (620 mm, +77 mm), mais moins de neige (227 cm, -9 cm), que la normale. Des disparités régionales sont toutefois observées. La compilation finale des statistiques annuelles est en cours. Pour plus de détails sur ces sujets, surveillez la parution prochaine des faits saillants de l’année 2022.

Sommaire mensuel géostatistique pour le Québec

Décembre 2022 Moyenne Anomalie1 Classification Température maximale (°C) -5,6 4,1 Très chaud Température moyenne (°C) -9,6 4,6 Très chaud Température minimale (°C) -13,7 5,1 Très chaud 1 La normale de 1981 à 2010 est la référence dans ce texte, à moins d’indication contraire.